Une campagne print est-elle encore efficace à l’ère du numérique ?

Le débat fait rage dans la communauté web depuis que nous sommes entrés dans l’ère bien nommée de la transformation digitale. Tentons de voir si les campagnes imprimées offrent toujours de l’impact dans notre monde numérisé.

Annonce

C’est un fait, l’explosion des smartphones dans les mains des Français (76% des téléphones mobiles sont des smartphones en France en 2018 – Statista), nos chers compatriotes utilisent massivement leur mobile pour trouver et lire des informations. Au-delà de nos frontières, même schéma : le déploiement du web mondial facilite grandement l’accès aux médias en ligne et donc aux publicités ciblées.

Les petites et grosses sociétés sont chacune à leur rythme aux portes l’ère de la transformation digitale. En partant de ce constat, comment avoir envie de créer de campagne papier aujourd’hui ? La réponse n’est pas si simple…

Print vs digital ?

C’est ainsi, le déclin de la presse imprimée n’est plus à prouver aujourd’hui. Le combat et faux débat print VS digital, n’impose en aucun cas de devoir choisir un camp, car chaque support possède ses propres caractéristiques et avantages.

Un temps d’attention différent

C’est un fait, le message print s’avère plus facile à mémoriser face aux tonnes d’informations reçues via un média ou périphérique numérique. Évidemment, il est toujours compliqué de mesurer avec précision l’efficacité d’une campagne print, mais cet inconvénient ne lui porte pas forcément préjudice.

Certaines études comme les expériences menées par Millward Brown en 2009 prouvent une meilleure assimilation de l’information ainsi qu’un meilleur « engagement affectif » pour le support imprimé face à son équivalent numérique. En affectant ainsi la mémoire visuelle, vous engagez votre public cible. Celui-ci sera plus à même de garder votre support sur son frigo s’il s’agit d’une carte postale par exemple.

Photo par Annie Spratt

En affectant positivement l’émotionnel et en mêlant ainsi votre communication au quotidien, vous aurez beaucoup plus de chance de renforcer le lien entre votre marque et votre cible. En y regardant de plus près, les statistiques montrent que les lecteurs de print passent près d’une demi-heure avec un magazine, alors que les utilisateurs du digital passent moins de deux minutes sur un site.

Un ciblage bien précis

De premier abord, le ciblage via les médias numériques est une évidence. Avec le choix de l’audience, la maîtrise de la durée d’exposition, le déploiement de campagne tactique, des statistiques avancées, nous disposons de tous les outils numérique pour réaliser une campagne en ligne efficace. Les cookies indiquent comment agissent les utilisateurs sur le web en connaissant leur profil socio-culturel, leurs goûts, leurs passions…

Photo par Jon Tyson

Et si ces outils pouvaient également servir le déploiement d’une campagne imprimée ?

Selon une étude de BALmétrie, 36 % des Français ont téléchargé un adblock et 17,3 % ont installé un Stop pub sur leur boîte aux lettres. Les médias imprimés ne vous bombardent pas de pop-up, de publicités hors sujet et de pages web douteuses. Au contraire, ils sont esthétiques, leur lecture est parfois reposante et amène plus facilement les lecteurs à se concentrer sur le message.

Les publicitaires l’ont bien compris, toujours selon BALmétrie, le média print souligne une hausse des recettes publicitaires de 0,8% en 2016 pour l’imprimé.

Un « retour à la mode » du média print

D’après les constats faits plus haut dans cet article (trop d’informations via le digital, temps d’attention minimal) le media print impacte votre cible s’il est réalisé de manière qualitative. Utilisez du papier de qualité pour créer vos flyers / cartes de visites et un visuel adapté pour vos affiches.

Le toucher est un argument de poids. La sensation du papier sur les doigts et sa tenue donne une réponse sensorielle pas encore égalée par le numérique. Ces sentiments physique permettre d’ancrer plus facilement votre message, avec une texture et une odeur.

Il est important de constater que dans les recommandations d’agence, le marketing digital cède du toujours terrain au print. Certaines marques ont besoin de cette exposition ancrée dans le réel. Encore une fois, tout dépend évidemment de vos enjeux et votre cible.

J’adore personnellement les sélections de print réalisés par Ads of the world ou encore les sélections des « Print de lundi » du site Dans ta pub.com

En tant que créatif, parcourir ces sélections montre l’engouement du print de qualité.

Nouvelle campagne Kuba, des casques faits à la main

La fameuse stratégie « multi-canal »

Avec des images de qualité, le print permet également de tirer parti des réseaux sociaux, et notamment d’Instagram. Tous les visuels fournis par le print peuvent être partagés sur la plateforme aux plus de 800 millions d’utilisateurs actifs mensuels (d’après le réseau social) puis repartagés sur Facebook, Twitter, etc…  Le tout permet de créer un lien fort avec votre cible sur les réseaux sociaux par le visuel.

Parfois l’inverse s’opère également. Rappelez-vous par exemple des campagnes Burger King, qui fonctionnent parfaitement bien :

Credit : Buzzman

Pour conclure

Quelle conclusion tirer de ces observations ? Une règle de base certes, mais il convient de vous imposer de bien choisir le support en fonction de votre audience. Comme nous avons pu le voir, print et digital fonctionnent aujourd’hui de pair. À vous de placer le curseur budgétaire pour savoir où investir le plus, pour toucher au mieux l’émotionnel de votre cible.

Vous l’aurez compris, l’enjeu pour les marques est de rendre le print vivant pour offrir une véritable expérience publicitaire.

Image à la une par Thepatternlibrary

4 commentaires

Répondre Nicolas Rouanet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.