Rencontre avec Thierry Ambraisse, Directeur artistique & photographe

Partages

Thierry Amraisse, talentueux créatif aujourd’hui en poste chez Nike à Portland, a répondu à mes questions.

Annonce

Comme vous le savez sûrement, sur Wedesigner Trends, j’aime aller à la rencontre de talentueux créatifs à travers le monde. C’est ainsi qu’est née cette nouvelle série d’interviews.

L’idée est de mettre en lumière une fois par mois le travail et les méthodes de nos pairs. Rencontre avec Thierry Ambraisse, qui a répondu à mes questions :

1. Comment as-tu commencé ta carrière ?

J’ai connu ma première agence durant mes études, j’ai été recruté comme designer pour l’agence Big Youth à ses débuts où l’on travaillait dans un appartement parisien.

Ensuite, j’ai été Directeur artistique dans un studio (Penny Lane) qui n’existe plus aujourd’hui en parallèle de mon Master. C’est à ce moment-là que j’ai vraiment commencé à faire des pitchs, essentiellement pour des marques de luxe.​ J’ai enchainé avec le studio Soleil Noir, l’une de mes meilleures expériences.

2. Peux-tu nous présenter ton activité actuelle ?

Je viens de déménager sur la côte ouest-américaine à Portland dans l’Oregon pour venir chez Nike après avoir travaillé chez Firstborn à New York durant un an et demi. C’est la première fois que je travaille pour un client en full-time et non dans une agence ou un studio avec différents projets.

Je suis Art director​ – ​​Global, Brand Experience. C’est nouveau pour moi donc je vais essayer d’expliquer du mieux que je peux sans trop en dire. :) Notre mission est de penser le design global de Nike sur les différents supports et marques (Basketball,  Running, Training, Lab, Woman, etc)​, mais surtout le digital. ​Cela va de la direction photo aux principes de design que la marque veut instaurer dans les mois voire les années à venir​​.

Il y a la notion de production à prendre en compte, car nous travaillons avec différents marchés, différents continents qui ont du coup des besoins spécifiques, et une audience différente. En parallèle de ce travail officiel j’ai un side project, je lance une marque de design/ ready to wear à Paris : Hofen. Je compte aussi reprendre la photo pour quelques marques bientôt, si j’ai de bonnes opportunité dans l’avenir, même si c’est un peu plus complexe aujourd’hui pour moi d’être disponible.

3. Tu as beaucoup voyagé, comment se passe la vie d’expatrié en tant que Français ?

Je suis en fulltime avec un Visa artistique de travail comme la majorité des Européens sans Green Card​ ici​. De mon coté cela se passe très bien, ma priorité était d​’ apprendre l’anglais ​quand je suis parti à Londres bosser chez AKQA, ​car je n’avais jamais prit l’anglais assez au sérieux durant mes études, et pour finir tout s’est concrétisé par de ​nouvelles expériences et opportunités que je n’avais même pas envisagées. ​

Après, j’ai un vrai besoin de changer d’air régulièrement, même si ce n’est pas toujours évident de repartir de zéro dans une nouvelle ville​ à chaque fois.

4. Tu as collaboré avec certaines des plus belles agences du monde. Comment ont-elles remarqué ton profil ? 

C’est une bonne question, souvent on reçoit des coups de fil ou des mails pour des projets et on oublie de demander comment ils sont tombés sur notre profil. Pour ma part je suis sur internet (Twitter, Facebook, Linkedin), mais je ne suis pas hyper actif comparé à la majorité des professionnels de ce domaine.

Donc c’est plutôt difficile de savoir… en tout cas dans mon cas je suis toujours dans le flou, mais j’imagine que le bouche-à-oreille est une des réponses. Notre communauté est plutôt petite donc on se connait tous de près ou de loin au bout de quelques années, et c’est une bonne chose​.​

5. Ton travail a été primé à de très nombreuses reprises. Quel est ton « secret » pour décrocher un AWWWARD / FWA, etc ?

Je pense que l’on a tous le secret, mais quand on commence un projet pour que les choses se fassent il faut pousser jusqu’au bout, et parfois même en venir au conflit sur certaines idées si c’est pour que le projet ait plus d’ampleur. Il n’y a pas de secret en fait c’est avant tout un marathon où les ambitions du premier jour doivent être les mêmes jusqu’au lancement, voire plus folles dans le meilleur des cas.

Il n’y a pas de beau projet sans team working. Mais dans tous les cas obtenir les FWA et Awwwards ce n’est pas une finalité en soi​, cela ne doit pas être ​une obsession, mais juste la cerise sur le gâteau.

6. Quel est le projet le plus mémorable sur lequel tu as pu travailler ?

C’est l’une des questions auxquelles je ne réponds jamais, car je pense qu’on est tous un peu ennuyés/lassés à la fin d’un projet, c’est dur d’avoir du recul sur sa propre production.

Mais si je dois vraiment choisir le plus mémorable pour le moment est sûrement celui que j’ai fait avec Adidas chez Firstborn, car le timing était improbable et j’ai eu la chance de pouvoir faire 8 shoots pour leurs campagnes à NYC, Chicago, et à LA , et eu l’opportunité d’avoir bossé sur le concept dans son intégralité, depuis le pitch jusqu’à la finalisation. (site internet, videos, photography etc)​ et c’est toujours intéressant de mélanger le digital avec de la vraie prod video, tournage et shoot photo.​

7. Qui sont tes designers de référence ?  

Je n’ai pas de designer de reference je suis plutot focus sur des réalisateurs et des studios graphiques et cela change souvent.​ Mais pour en citer un pour la partie digital je dirai Hleb Marholin​.

8. Au-delà du travail, que fais-tu pour décrocher et te relaxer ?

Hum… bonne question,  je bosse pas mal en vérité, et je voyage quand je peux, mais je dois avouer que je passe beaucoup de temps dans les salles de cinéma, pas toujours pour voir de bons films malheureusement​,​ et j’ai une passion pour les documentaires animaliers passé 1h du matin.

9. Et pour finir, quel est LE conseil que tu donnerai à un débutant ?

L’un de mes conseils serait qu’il ne faut pas négliger les side-projects globalement ça apporte beaucoup, et il ne faut pas attendre le projet de ses rêves, il faut le créer. Savoir dire oui même quand le sujet semble chiant ou que l’on pense ne pas avoir les compétences requises, on a toujours des surprises​ surtout quand on est sous pression.​

Merci d’avoir répondu à mes questions Thierry. Je suis sûr que ton parcours inspirera de nombreux amoureux de belles images.

Suivez Thierry sur le web : 

Thierryambraisse.com

@HelloThierry sur Twitter

Partages

2 commentaires

  • Son conseil me touche beaucoup parce que m’a plus grande faiblesse c’est que je ne suis pas conscient de mes compétences et capacités. Merci pour cette interview

  • Alexandra L

    J’ai apprécié ce que j’ai lu, une personne qui vit de ça passion c’est génial cela se ressent dans ses réponses.
    Ce sera un plaisir de lire d’autre interview et félicitations à cet artiste talentueux Thierry Ambraisse

Laisser un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*